top of page

Art Catastrophe
Prix Beaumarchais - Théâtre Ouvert

EXTRAIT 
Cette nuit, j´ai fait un rêve. Je grimpe les marches de la Sagrada Familia. Le long de l’escalier, les meurtrières donnent sur le vide. Gaudi n’a pas eu le temps de finir sa cathédrale, il est mort un peu trop tôt. J’ai la nausée. En bas, les gens se balance, d’avant en arrière. On se croirait dans une fête foraine, un peu comme dans le bateau pirate que tu peux tomber très facile. Je n’ai pas peur de la mort, j’ai peur de la chute. Malgré tout, Je continue. C’est écrit dans mon contrat : tu ne dois jamais t’arrêter. Tu es un artiste visionnaire. Tu ne peux pas regarder en arrière. Tu ne peux pas regarder en dessous. A la grande rigueur, tu peux regarder au-dessus, mais fais attention à l’Autre qui est un petit jaloux vis-à-vis des visionnaires. Tu ne peux que regarder devant. 

J´ai grimpé en dépit du mal de cœur. J’ai senti mille démons m’agripper. Mais j’ai continué. Pour la science. Pour l’homme. Et puis pour Querida Mama. Et là-haut, tout le monde m’attendait, si, tout le monde. Toute ma petite équipe chérie. Alisson, Jean Miel, Sarah, Eliott, Marcello et Julio Paolo. Et même Querida Mama. Tout le monde me regarde. « Alors, Monsieur le visionnaire, qu’allez-vous faire de vos ouragans et tremblements ? C’est pas bientôt finis les enfantillages ? Quand est-ce qu’on passe aux choses sérieuses ? ».  Je regarde l’Autre là-haut. « Demandez-lui, à lui », je dis. Et je crie : « Qu’est-ce qu’on fait avec tes ouragans et tes tremblements ? C’est pas bientôt fini les enfantillages ? Quand est-ce que tu passes aux choses sérieuses ? » J’entends une voix. Mais je ne comprends pas très bien. On dirait du russe. Autour de moi, c’est le vide. Tengo miedo. J’ai peur. J’ai très peur. Au secours.

 

DESCRIPTION

Plus que sept jours pour édifier le musée de la Catastrophe, projet du metteur en scène visionnaire, Gonzague Medelios. L’inauguration semble compromise. Tout le monde s’agite, la machine se dérègle, révélant les soucis intimes des uns et des autres au milieu d’un chaos général.

Cette mise en abyme du théâtre se joue sur une note comique et devient l’objet d’un regard critique sur l’engagement de l’acte artistique.

Editions - Tapuscrit - Théâtre Ouvert

 

 

Photo 090.jpg
bottom of page